mardi 21 mars 2017

Muscles harmonieux du bon vieux temps -- avant le bodybuilding


Jerry Rocco, New York.

Chirurgie reconstructive.


1880: le photographe Edward Muybridge...

... avec son modèle.


Plongeur avec son coach.


Le culturiste John Weidemann.


Huile du peintre norvégien Vilhelm Tetens, 1905.

Kouros, 5e s. av. J-C.
Chaque jour, minutieusement, des prêtres
dissèquent le Dharma*
et sans fin chantent
des soûtras** entortillés.

Ils devraient apprendre
à déchiffrer les lettres d'amour
qu'envoient le vent et la pluie,
la neige et la lune.

Ikkyū Sōjun, moine japonais du XVe siècle, a écrit de nombreux poèmes drôles et érotiques.

* Le dharma: la vérité éternelle.
** Les soûtras: sentences en langue sanskrite.

Freikörperkultur, mouvement gymnique et naturiste allemand.


Modèle d'artiste, 1895.

Hercule étouffant le lion de Némée.

James Dardanis, vers 1950.


Assis: Jung et Freud, 1907.

Fire Island, 1939.



Porno: Al Parker et Mike Davis, 1978.




Éphèbes siciliens, passion du baron von Gloeden.

vendredi 17 mars 2017

Comment l'étui pénien des Papous se cultive dans leurs champs



Située au nord de l'Australie, l'île de la Nouvelle-Guinée est divisée entre l'État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée et la Nouvelle-Guinée occidentale ratachée à l'Indonésie. Les coutumes anciennes comme l'existence d'une case des hommes dans chaque village, d'une série d'initiations pour tester l'endurance des garçons et des jeunes adultes, ainsi que le port d'un étui pénien ont été mises à mal par les missionnaires chrétiens d'une part, par l'État indonésien musulman de l'autre.



Certaines peuplades de l'île étaient cannibales et guerroyaient régulièrment contre leurs voisins. Les vainqueurs mangeaient la chair de leurs ennemis et jetaient leurs os broyés en bas dans la vallée. Peuples animistes, ils respectaient religieusement la nature. Leurs chamans remplissaient plusieurs fonctions: l'une que nous appelerions religieuse d'intermédiaire entre les mondes des vivants et des morts, d'autres en tant que guérisseurs du corps et de l'esprit, enfin en tant qu'officiants dans la case des hommes et prenant part aux rites d'initiation.

L'étui pénien est tiré d'une plante nommée calebassier que les hommes vident et sèchent avant de l'ajuster à leur pénis. Pour obtenir les différentes formes et grandeurs, la plante est guidée durant sa croissance, par exemple avec des poids pour l'incurver. Selon certaines sources, on ne peut pas juger l'importance d'un gars à l'épaisseur de son étui. La forme indique plutôt l'appartenance à telle ou telle tribu, la longueur variant suivant l'occasion. Petite pour aller aux champs, plus longue quand on participe à une cérémonie. Y a-t-il un élément d'exhibitionnisme à la base de cette parure? Les Papous jurent que non; c'est juste une façon de couvrir leur nudité, un cache-sexe, en somme... Comme en Occident où le cuissard du cycliste, avec son panier sculpté, est juste une protection de l'entrejambe à cause de son fond garni de cuir.




Trois jeunes Australiens en visite chez des Papous s'initient au port de l'étui pénien.


Le gouvernement indonésien interdit le port de l'étui depuis longtemps; les musulmans intégristes de Djakarta jugent cette tenue obscène, elle choque la moralité publique. Ils n'en ont rien à cirer des traditions culturelles d'un peuple pourtant éloigné à plus de 3000 kilomètres. La jeune génération de Papouasie porte la même tenue que toutes les autres à travers le monde. Elle ne revêt les oripeaux traditionnels que pour participer aux cérémonies culturelles et aux initiations -- seulement si elle n'est pas complètement islamisée ou christianisée.


Simulation de départ à la guerre. Pour les touristes.
Les Papous colonisés par les Indonésiens sont de plus en plus délogés de leurs territoires par des sociétés minières et d'autres entreprises qui pillent les forêts. Ce qui produit le déplacement des populations et des désastres dont l'environnement ne se remettra pas. Fléau moins sérieux, mais fléau quand même, le tourisme transforme ces traditions coutumières en spectacle exhibitionniste sans s'intéresser aux valeurs culturelles ni spirituelles qu'elles renfermaient... Et nous aussi, adorateurs du Phallus !

André


lundi 13 mars 2017

On croque le cuisinier ou sa tambouille ? Pourquoi pas les deux...













Repas d'anniversaire. Le fils se lance courageusement dans une douloureuse révélation à sa famille:  leur sauce préférée le débecte, en vérité c'est la sauce de tomate qu'il aime depuis son enfance. Le père accuse le coup. Après le choc, il prend son fils dans ses bras. Le mari du fils est soulagé. La grand-mère intervient: "Tu sais en 1964, j'ai essayé la sauce de..." et on interrompt sa confession.






Repas végane.










Un mec sur le grill.

Un chaud lapin.

jeudi 9 mars 2017

Pourquoi les LGBT doivent aider les femmes à conquérir leur place



On a beaucoup parlé cette semaine 1) de la place des femmes dans la société; 2) de la difficulté que les hommes éprouvent à partager le pouvoir avec elles; enfin 3) du pourquoi et du comment... Nous les gays, nous connaissons la chanson. Nous pouvons nous situer à la fois dans les chaussures de ces dames et dans les bottes des mecs -- parce que nous sommes à la fois victimes et bourreaux. Nous étions et sommes encore partiellement considérés comme des êtres inférieurs par les tenants du pouvoir hétéro. Et, en tant que mâles, si nous avons assez de poil pour nous imposer, nous pouvons devancer les femmes dans la hiérarchie du monde professionnel.

Position ambigüe. Car nous sommes emprisonnés dans la hiérarchie patriarcale; et empoisonnés par la jalousie [plus ou moins consciente] des autres couillus, les pères de famille, qui ne disposent pas de la liberté sexuelle et amoureuse dont nous jouissons [parfois avec les risques assortis]. Ce serait le moment, pour les hétéros, de régler les terribles problèmes qui se posent dans leur type de mariage, plutôt que de mettre les bâtons dans nos roues...


La lente ascension des femmes vers l'égalité des droits, des choix et des salaires est soutenues par de nombreux hommes pour qui cela va de soi. En revanche, les politichiens, les patriarches affairistes ou bigots, auxquels se joignent les gus, les macs, les butors, les obtus, les goujats et les autres perdants -- tous tremblent dans leur caleçon parce qu'ils ne connaissent pas d'autre rôle viril que celui d'oppresseur ou de tyran domestique. Voyez la montée des démagogues en Occident, y compris de la blonde Führerin. Ce phénomène est symptomatique d'un manque de vision chez les mâles comme chez toutes celles ou ceux qui leur obéissent.




Pourtant, des possibilités innombrables se présentent aux hommes qui voudraient se rendre utiles à la société et à leur famille -- tellement plus intéressantes et jubilatoires que la fonction de despote. Ils n'y perdraient pas un gramme de leurs couilles. Au contraire: ils seraient appréciés pour leur nouvelle créativité et verraient s'estomper le stress qui les ronge ainsi que l'angoisse de perdre leur virilité.


Au début du combat des militants homosexuels (dont je faisais partie) pour conquérir l'égalité des droits humains et du respect, nous avons suivi l'exemple des féministes. Certaines d'entre elles nous encourageaient, d'autres bavaient leur mépris à cause de notre sexualité débridée. Nous étions pires que les mâles hétéros. Puis les choses ont changé, notamment parmi les lesbiennes qui nous ont soutenus dans la lutte contre le sida et même les soins aux mourants. Alors qu'elles n'étaient pas directement concernées.


La fleur du mâle et celle du féminin.
Le féminisme d'origine, hostile au "mâle prédateur" (qu'on pouvait comprendre étant donné la situation de l'époque) est heureusement dépassé. Les femmes recherchent une place égale à côté des hommes. La lenteur du changement s'explique par l'inertie de la masse. Quelle aide pouvons-nous apporter tant aux femmes qu'aux hommes hétéros? À nous d'y réfléchir rapidement et sérieusement. Rapidement parce qu'on assiste à un retour de manivelle. Sérieusement car la solidarité apporte des amitiés et des soutiens d'une grande valeur. Et nous sommes aussi en bute aux retours de manivelle.

Mon jardin dimanche dernier, avant la neige.

Donc, nous lancer dans un nouvel engagement politique et viser les démagogues là où ça fait le plus mal. En nous joignant à celles et à ceux qui sont actuellement en mouvement. Mais attention les gars, c'est pas la gay pride, laissez vos déguisements de carnaval au placard!

À force de les mettre agressivement en avant...

...ils vont prendre de sacrés coups.
Mon intuition me glisse à l'oreille que nous sommes bien placés pour aider tant les femmes que les hommes à mieux comprendre comment leurs partenaires professionnels et conjugaux fonctionnent. Il demeure des zones d'ombre qu'elles et ils n'ont pas pu ou su explorer et que notre radar a sondés. Parce que nous sommes amis des unes et amants potentiels des autres. Quel privilège!

André


Mais la beauté mâle offerte avec grâce sera toujours appréciée.