mercredi 7 décembre 2016

Vivre gay et libre : apprendre à se pardonner les erreurs commises




"Nous ne sommes pas sur cette planète pour implorer le pardon de nos dieux. Ce serait comme si nous nous excusions auprès de notre coiffeur ou barbier du fait que nos cheveux et nos poils continuent à pousser. La terre est une salle de classe. Nous sommes les élèves. Le karma, la vie, nous-mêmes, les autres, les déesses et les dieux font partie du corps enseignant; et nous ne pouvons pas connaître toutes les réponses. Se tromper fait partie de la vie des êtres humains. Excusez-vous autant que vous le voulez, si vous le désirez, mais surtout laissez-vous enseigner par vos erreurs et -- si possible -- corrigez ce qui peut l'être. Pardonnez-vous et avancez."

-- Scott Cunningham -- Vivre la Wicca: guide avancé de pratique individuelle.




"We’re not on this planet to ask forgiveness of our deities. This would be similar to apologizing to our stylist or barber because our hair just keeps on growing. The Earth is a classroom. We’re the students. Karma, life, ourselves, others and the Goddess and Gods are the teachers, and we can’t always know the answers. Mistakes are a part of human life. Apologize all you want, if you wish, but learn from your mistakes and, if possible or necessary, correct them. Forgive yourself and move on."

Scott Cunningham --
Living Wicca: A Further Guide for the Solitary Practitioner.



La Wicca est fondée sur des pratiques telles que les mythologies gréco-romaine et celtique, le druidisme et le chamanisme. Né en 1956, mort du sida en 1993, Scott Cunningham a rédigé une vingtaine de bouquins sur la Wicca et sur d'autres types de spiritualités. L'un de ses sujets préférés était notre relation avec les rites de magie naturelle et ceux qui les exercent. Très critiqué, son premier livre sur la pratique indépendante de la Wicca s'est néanmoins vendu à plus de 600'000 exemplaires dans le monde.


Un personnage ressort dans les mystères de la Wicca: l'Homme Vert. Il est l'incarnation de la richesse de la nature qui nous entoure. On trouve des sculptures et des bas-reliefs représentant l'Homme Vert dans de nombreuses églises à partir du 11e siècle, une preuve de la vitalité et de la survivance du paganisme et de ses prêtres au sein du christianisme. L'HommeVert est aussi présent dans les autres civilisations et certains traits de son caractère font penser que son orientation sexuelle pouvait aussi bien être homo- qu'hétérosexuelle. Aujourd'hui, de plus en plus d'hommes bisexuels ou gays sont attirés par une spiritualité qui considère leur vie amoureuse avec le plus grand respect. Pour les dieux et les esprits supérieurs, l'amour est l'amour.

André








dimanche 4 décembre 2016

Dernière goutte : les gars en slip blanc secouent plus longtemps...










À propos de propreté, une citation appropriée de Ralph Waldo Emerson -- bien qu'à prendre aussi dans un sens plus large: 

<< Les hommes sont ce que leurs mères ont fait d'eux. >>










jeudi 1 décembre 2016

À la Grande Canarie, les vagues de l'océan font bander les nageurs



Le drapeau annonce la couleur.
Comme chaque année à la même saison je me trouve en vacances à la Playa del Inglès de la Gran Canaria. Même hôtel (on a ses habitudes), mêmes dunes de sable à traverser pour accéder à la plage longue de six à sept kilomètres, même endroit où se retrouvent des centaines et des centaines d'hommes gays à poil -- ils étaient des milliers la semaine du 11 novembre dernier pour fêter le début du Carnaval rhénan, comme je l'ai raconté ici. Et il y a de la place pour tout le monde. On retrouve des habitués, on fait de nouvelles connaissances, on traverse des jours venteux et d'autres de grand beau temps.




J'ai fait meilleure connaissance avec Sheelah déjà rencontrée l'an dernier. Père de deux adultes, en bonne entente avec son ex-épouse, Sheelah se montre telle qu'elle est: un mâle des pieds jusqu'au pubis, doté d'un service trois-pièces très honorable. Puis une femme jusqu'à sa chevelure blonde. Elle a stimulé la croissance de ses seins et ses tétons à l'aide d'une pompe, et rien d'autre. Sans prise d'hormones, c'est ce que j'admire chez elle. Et elle se rase de près avant d'appliquer un épais fond de teint. Sa profession: "escort girl", mais en fait elle masse et prodigue des pipes à son domicile. Ses clients ne voudraient pas être vus en sa compagnie dans un hôtel ou chez eux. Elle déclare qu'elle aime "rendre service" et c'est vrai qu'elle est de bonne composition. Quant à ce qui incite des hommes mariés à la rencontrer, elle n'en fait pas l'analyse.

J'ai discuté avec un homme gay qui passe la moitié de ses vacances avec son ex-épouse et l'autre dans un lieu où il peut renontrer des mecs. Nous approchons d'un temps où les personnes évoluées ne considéreront plus leur conjoint/e comme une propriété privée dont il faut se séparer avec pertes et fracas si certains termes du contrat ne sont plus appliqués. L'être humain créatif est toujours en développement, il découvre en lui des ressources nouvelles qu'il désire exploiter. Si possible sans faire souffrir son entourage.


À l'époque où les appareils photographiques fonctionnaient avec de la pellicule, on développait le négatif pour en tirer un positif. Notre vie en société devrait répondre au même principe.










Je loge dans un hôtel dont un quart de la clientèle est composé d'hommes gays de tous les âges, surtout en groupes ou en couples. Nous sommes bien acceptés. C'est un établissement dit gay-friendly, accueillant envers les membres de la communauté LGBT. Il appartient au Grupo Hoteles López. L'hôtel voisin se présente comme hetero-friendly. Depuis mon balcon, j'observe les gars étendus sur leurs chaises-longues autour de la piscine. Ils semblent ignorer les beautés de l'océan. Est-ce l'hôtel Lopettes ? Un peu plus loin se trouve une petite structure "réservée aux hommes" cachée derrière ses barrièrres et ses buissons fleuris. Toutes les formes d'hébergement sont possibles ici.

Le monde a changé: hôtel hetero-friendly.

Mais c'est de se rendre à l'océan, de longer les palmiers, les cocotiers, les arbres fleuris et d'observer les oiseaux multicolores, de marcher entre les dunes de sable, de les escalader qui nourrit et muscle l'âme aussi bien que le corps. Puis de plonger dans les vagues lorsqu'elles ne sont pas trop dangereuses. La Police municipale patrouille le long de la plage pour empêcher les inconscients de nager lorsque les courants sont dangereux. Pour des gars de mon âge qui ont connu des rapports plus conflictuels entre les forces dites de l'ordre et les promeneurs de minuit dans les parcs publiques, des flics protecteurs, c'est renversant.

André