vendredi 19 mai 2017

Être [épilé] ou être [couvert de poils], telle est la question...



tre, ou ne pas être, telle est la question: Y a-t-il plus de noblesse d'âme à subir La fronde et les flèches de la fortune outrageante, Ou bien à s'armer contre une mer de douleurs, Et à l'arrêter par une révolte? Mourir... dormir... Rien de plus; et dire que par ce sommeil nous mettons fin Aux maux du coeur et aux mille tortures naturelles Qui sont le legs de la chair, c'est là un dénouement Qu'on doit souhaiter avec ferveur. Mourir... dormir; Dormir! peut-être rêver: oui, là est l'embarras..."

-- William Shakespeare, Hamlet, acte III, scène première.



"To be, or not to be: that is the question: Whether 'tis nobler in the mind to suffer The slings and arrows of outrageous fortune, Or to take arms against a sea of troubles, And by opposing end them? To die: to sleep; No more; and by a sleep to say we end The heart-ache and the thousand natural shocks That flesh is heir to, 'tis a consummation Devoutly to be wish'd. To die, to sleep; To sleep: perchance to dream: ay, there's the rub..."

















lundi 15 mai 2017

L'amour entre hommes avait déjà été célébré à l'Eurovision de 1961



Conchita devant son public autrichien, vendredi dernier.

Depuis 1956, le grand concours de l'Eurovision de la chanson -- la plus importante compétition de ce genre au monde -- accompagne, voire précède l'évolution de la société occidentale. Et diffuse ce message beaucoup plus loin. Né vingt ans avant elle, je peux témoigner des changements. Les LGBT en ont profité et y ont participé. Un exemple récent est éloquent: en 2014, Conchita Wurst "la seule drag queen avec barbe" a remporté la finale. Son message concernant le respect de toutes les différences -- aussi incongrues soient-elles -- a atteint le monde entier, à part la Corée du Nord. Le Parlement européen (moins imperméable que la Corée du Nord) l'a invitée pour entendre sa chanson et enregistrer son message. Vendredi dernier, alors que le pape canonisait à Fatima deux enfants auxquels la vierge était apparue en hologramme, Sainte Conchita faisait la meneuse de revue en chair et en os à Vienne devant des milliers de spectateurs en plein air. Elle en a profité pour tomber dans les bras d'un chanteur russe.


Participation de la Suède, samedi à Kiev.





Jean-Claude Pascal (1927 - 1975), le plus bel acteur français des années 50 à côté de Jean Marais, a remporté l'Eurovision de la chanson en 1961. Sa voix carressante et virile lui a permis d'entamer une grande carrière de chanteur à côté de celle qu'il menait au théâtre et au cinéma. À cette époque, seul son entourage connaissait son orientation sexuelle. Le public français aurait été choqué s'il avait pigé que l'amour dont il était question s'adressait uniquement aux hommes. À l'époque, les relations homosexuelles (le terme de gay n'existait pas encore) étaient passibles de prison ainsi que sauvagement réprouvées par la religion et la société en général. Si vous écoutez bien la chanson, elle est prophétique. "Alors, les sans-amour, les mal-aimés, / Il faudra bien nous acquitter / Vous qui n'avez jamais été / Condamnés. / Nous les amoureux / Nous allons vivre sans vous / Car le ciel est avec nous / Les amoureux."


Candidat de Bulgarie.

L'équipe de Croatie.

Montenegro: recalé.

Candidat de l'Autriche.




Une version spéciale de la chanson primée, en duo frère et soeur: Salvador, le gagnant
 et Luisa Sobral, auteure de Amar pelos dois.


Samedi soir, le Portugais Salvador Sobral a remporté le Concours Eurovision de la chanson 2017 en Ukraine. Amar pelos dois -- Aimer pour deux -- est  "una canción impregnada de saudade, melancolía y delicadeza". Elle m'a pris aux tripes. Vous aussi? Né en 1989, Sobral est licencié en psychologie appliquée de l'Institut supérieur de Lisbonne. Actuellement, il souffre d'une insuffisance cardiaque et se trouve en attente d'une greffe. Il nous a fait l'immense cadeau d'une greffe musicale qui a permis à l'Eurovision, si bruyante et gonflée d'effets techniques -- certes admirables -- de retrouver un peu d'humanité et de poésie. N'oublions pas que samedi, les combats se poursuivaient à l'est de l'Ukraine et quatre civils ont été tués... 


Salvador Sobral, le grand gagnant.

Salvador Sobral milite en faveur d'un accueil plus généreux et plus rapide des réfugiés qui ont dû quitter leur patrie en guerre. Son animal totem est le perroquet parce qu'il sait imiter les sons qui lui plaisent. Et, vous l'aurez peut-être pressenti, le chanteur n'est pas hostile à l'amour bi. "C'est, dit-il, une relation qui ne s'exprime pas seulement sexuellement, elle contient la quintessence de l'amour."
Petit résumé de sa chanson Aimer pour deux. "Si quelqu'un te le demande, dis-lui que j'ai vécu pour t'aimer. Avant toi, je vivais sans rien donner. Chéri/e, écoute ma prière; je t'implore de retrouver le désir. Si ton coeur ne peut céder sans faire de plan sur l'avenir, mon coeur pourra aimer pour nous deux."

André

Very interesting interview (in english).

dimanche 7 mai 2017

Un Conseil des jeunes lutte contre l'homophobie à l'école



Des jeunes contre l'homophobie.

"Pédé", "chochote", "gonzesse", "enculé" et d'autres: la violence à caractère homophobe, même si elle n'est que verbale -- mais parfois les coups pleuvent... --, ne devrait pas être tolérée dans les cours de récréation. En sont victimes des garçons que leurs camarades jugent inférieurs parce qu'ils sont moins athlétiques, plus intéressés par les livres que le foot, ou bien d'autres critères machistes. Les garçons visés ne sont pas forcément homosexuels, et ceux qui les insultent ne connaissent pas toujours le sens exact des insultes qu'ils profèrent. Ce qui est sûr, en revanche, c'est qu'ils expriment le mépris de la différence. Une notion que les aînés leur enseignent pour en faire de "vrais hommes". Si le jeune mâle alpha est cet animal primitif qui tremble dans son slip de ne pas être à la hauteur de l'étalon [dans les deux sens] qu'on lui propose, quel avenir attend notre civilisation à la Trump ?

La douleur que ressentent les ados malmenés est d'autant plus profonde, plus solitaire qu'ils ont honte d'en parler. Ils risquent, pensent-ils (avec raison ou non) de ne pas être écoutés ni protégés. Ils risquent, pensent-ils, de révéler une orientation sexuelle qui ne sera pas respectée. Ils risquent, pensent-ils (avec raison ou non) d'être punis, rejetés, voire chassés de la maison.




Les jeunes LGBT, et particulièrement les garçons, sont plus tentés par le suicide que les autres ados, selon une étude sur la santé gay menée en Suisse par l’Université de Zurich et l’association genevoise Dialogai. Vingt pour-cent des gays ou bisexuels auraient essayé de se donner la mort. Un sur cinq! La moitié de ces passages à l’acte auraient eu lieu avant l’âge de 20 ans, soit l'âge moyen où l'on fait son coming out aujourd'hui. C'est pourquoi il faut absolument changer les pratiques des milieux scolaires qui ne rempplissent pas leur mission d'éducation et de protection, surveiller l'attitude des partis politiques et des communautés religieuses qui ne respectent pas les règles de l'égalité (inscrites dans la loi) entre femmes et hommes, entre citoyens et étrangers, entre LGBT et hétéros.

Il faut qu'un garçon malmené à l'école puisse trouver le soutien respectueux et actif d'un père, d'un grand frère ou d'un oncle. Et des conseils éclairés sur la façon de mener sa vie. La plupart des organisations LGBT mises en place par des gays comptent un groupe de rencontre réservé aux jeunes, ainsi qu'un pôle agression auprès duquel on trouve écoute et accompagnement en cas d'attaque, d'abus, de viol, ou si l'on se sent menacé. (Par exemple Vogay à Lausanne.) La période de l'adolescence, si importante dans la construction d'un jeune homme, ne devrait pas être entachée par le racisme et l'homophobie.



C'est le combat que mène Haidar Hussain depuis l'âge de 14 ans (en 2010) où il a créé la commission Jeunes Versus (contre) Homophobie au sein du Conseil des Jeunes de Lausanne (Suisse). Il a mis sur pied une exposition pour illustrer et dénoncer l'homophobie en milieu scolaire. Et de nombreux établissement scolaires l'ont accueillie en Suisse francophone. Cette exposition a été complétée et les commentaires des panneaux traduits en allemand et anglais pour pouvoir la faire tourner plus largement encore. Dès mardi 9 mai elle sera présentée au Forum de l'Hôtel de Ville (mairie) à Lausanne, et ce jusqu'à samedi 20. Dorénavant, le règlement des établissements secondaires du canton de Vaud stipule que les élèves doivent s’abstenir de toute violence à caractère homophobe.

Pas de violence, s'expliquer, faire la paix.

Le médecin généraliste français Baptiste Beaulieu, romancier et blogueur, commente ci-dessous les suites néfastes de l'homophobie et des discriminations sexuelles.




"J'écris, ajoute Baptiste Beaulieu, des romans pour vivre et, malheureusement, même si je voudrais que ce ne fût pas le cas, tout ce qui est dit dans cette vidéo est vrai. Enfin… Non. Une seule chose est erronée : on peut avoir vu Lalaland et se réveiller avec une furieuse envie de faire des claquettes." Cette vidéo est tirée de son blogue Alors voilà , "Journal de soignés et soignants réconciliés" qui saura vous enthousiasmer.

André